Je partage, nous partageons…

02/05/2016

 

Faire du troc, échanger des services, emprunter au lieu d’acheter, c’est de plus en plus tendance. On en conviendra, le troc existe depuis que l’homme est apparu sur la Terre et a toujours compensé l’absence de monnaie commune.On estimait donc la valeur d’un bien par rapport à un autre selon ses caractéristiques mais aussi selon le besoin de chacune desparties. Puis, avec le développement du commerce, le troc est devenu au fil du temps plus marginal et associé aux temps de crises sociales, économiques ou de guerres.

 

Aujourd’hui, le troc revient en force. Son essor est aussi dû, entre autres, à l’utilisation des nouvelles technologies qui permettent de faciliter autant les échanges que les interactions. Le troc répond aussi au désir de pratiques plus écologiques et de relations sociales plus conviviales.

 

Que ce soit sur le Web (Kijiji, Lespac, Craigslist), dans les réseaux comme Ici-nosquartiers qui prône l’entraide au sein de son voisinage, sur les médias sociaux, Facebook notamment, avec des groupes tels que Troquer, c’est gratos, auprès d’organismes à but non lucratif (la Banque d’Échanges Communautaires de Services, Troc-tes-Trucs, les Accorderies ou La Remise) ou enfin, durant des événements publics tels que Troc N’Roll (où l’on pratique l’échange de vêtements et d’accessoires pour enfants), l’idée est la même, consommer de manière différente,responsable et solidaire.

 

Selon votre intérêt ou votre besoin, il existe différentes façons de faire du troc sans recourir d’emblée à l’argent. Au Québec, pour troquer, on passe souvent par des réseaux communautaires où l’unité de mesure s’exprime en heures ou en points. La seule obligation est d’être membre.

 

Dans les Accorderies, par exemple, dont les fondements sont à mi-chemin entre le microcrédit, les systèmes d’échanges locaux et les groupes d’achats, une heure de service rendu vaut une heure de service reçu, quels que soient la nature, la complexité ou l’effort reliés au service échangé.

 

Chez Troc-tes-Trucs, il suffit de se présenter avec des objets à échanger et une carte d’inscription vous sera remise lors de votre première visite. Elle vous permet d’accumuler des points selon la valeur de vos objets pour en acquérir de nouveaux.

 

La Remise, pour sa part, une coopérative de solidarité à but non lucratif, entrepose des outils d’usage commun (cuisine, mécanique, jardinage, etc.) qui sont mis à la disposition de ses membres sous forme de prêts.

 

La Remise offre aussi un espace de travail doté de nombreux outils spécialisés ainsi que la possibilité de suivre des formations ou des ateliers portant sur divers thèmes.

 

Bref, avec le troc, le temps vaut parfois plusque l’argent…

 


Les Accorderies 

Troc-tes-Trucs
La Remise
Banque d’Échanges Communautaires de Services

 

 

Le saviez-vous ?

Les Fab Labs sont une sorte de version ultramoderne du troc. Il s’agit d’ateliers où on met à la disposition du public des machines industrielles, comme des imprimantes 3D et le savoir-faire nécessaire pour permettre de fabriquer des objets. Le concept est né au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et existe aujourd’hui partout dans le monde.

Please reload

À lire aussi

Please reload

Le magazine par section
Please reload

Partenaires

Groupe_Maurice.png

Le magazine Géocitoyen est édité

par et au bénéfice de:

logo_aml_header.png

Le magazine Géocitoyen, conçu bénévolement, est une initiative 100% citoyenne et gratuite. Merci à tous nos bénévoles et nos partenaires pour leur appui et collaboration dans cette démarche.

© 2019 Média Géocitoyen - Avis juridique - ISSN 1929-8226