Partenaires

Groupe_Maurice.png

Le magazine Géocitoyen est édité

par et au bénéfice de:

logo_aml_header.png

Le magazine Géocitoyen, conçu bénévolement, est une initiative 100% citoyenne et gratuite. Merci à tous nos bénévoles et nos partenaires pour leur appui et collaboration dans cette démarche.

© 2019 Média Géocitoyen - Avis juridique - ISSN 1929-8226

Emmanuel Bilodeau

06/06/2017

 

Charismatique, touche à tout et porte-parole du projet Un vélo une ville, rencontre avec Emmanuel Bilodeau, un passionné de la vie et des gens.

 

La Rédaction : Vous avez une image très humaine, accessible et libre. Qu’est-ce vous intrigue dans la vie?

Emmanuel Bilodeau (EB) : J’aime les rencontres riches de sens, avec des humains qui ne s’enfargent pas les pieds dans les fleurs du tapis. J’aime les gens généreux, simples, directs, intelligents, qui osent rêver d’un monde meilleur, en travaillant d’abord à devenir de meilleures personnes.

Je suis motivé par mes enfants. Je rêve de contribuer à construire un coin de planète pacifique, paisible, sécuritaire et sain.

J’adore également monter sur scène pour raconter aux gens ma vision du monde, mais aussi simplement, les divertir et les faire rire, leur permettre de sortir de leur quotidien, les déstabiliser, les faire oublier leurs préoccupations.

 

La Rédaction : Cette année, vous achevez votre tournée « mondiale » de votre One Manu Show, avez-vous déjà d’autres défis en tête, d’autres envies?

EB : J’ai recommencé tranquillement à écrire, mais je suis aussi en création d’une conférence. J’aimerais raconter mon parcours, celui qui a mené un petit gars timide et insécure, à devenir humoriste. Un gars workoolique qui se rend compte à 50 ans que faire du pain, une patinoire pour ses enfants, et être présent aux autres est l’ultime accomplissement pour une vie riche. Pas besoin de nourrir ses passions à l’extrême, ni assouvir ses désirs compulsivement pour être plus heureux.

 

La Rédaction : Quels sont vos plus beaux moments en carrière?

EB : Le tournage de René Lévesque a été grisant, excitant, exigeant et gratifiant. C’est un homme politique que j’admirais profondément, et envers qui j’étais capable d’esprit critique quand même, ce qui m’a permis de m’en rapprocher…

J’ai beaucoup aimé le processus d’écriture, de création et la tournée de mon One Manu Show, qui m’ont permis d’évoluer en accéléré, et d’apprendre beaucoup de choses sur moi. Mes limites, mes besoins, la nécessité de m’arrêter, de respirer par le nez. C’est d’ailleurs grâce à cette prise de conscience qu’aujourd’hui, je mange très santé, je fais du yoga, et je m’en fais moins avec tout!

J’ai aussi beaucoup aimé les 3 ans de tournage du Sketch Show, qui m’ont permis de m’amuser, d’en apprendre sur le jeu comique, et de connaître Edith Cochrane…

 

La Rédaction : Vous vous impliquez dans de nombreuses causes et notamment Un vélo, qu’est-ce qui vous touche dans cette démarche?

EB : L’entraide me touche. La compassion envers les plus démunis. Ce sont des valeurs qui m’ont été léguées par mes parents, et plus particulièrement ma mère. Elle était enfant unique, puis mère de 12 enfants, travaillait à temps plein, et trouvait le moyen de faire du bénévolat auprès de personnes seules ou en détresse.

 

La Rédaction : Quelles sont les valeurs les plus importantes pour vous?

EB : Paix, justice, dignité humaine, entraide, compassion, joie.

 

La Rédaction : Qu’est-ce qui vous donne le sourire en vous levant le matin?

EB : Quand mes garçons et ma blonde se lèvent le sourire aux lèvres, qu’on mange des fruits et du bon pain, et qu’on se met à danser en famille à 6h48, pour aucune raison!

Please reload

À lire aussi

Please reload

Le magazine par section
Please reload