Partenaires

Groupe_Maurice.png

Le magazine Géocitoyen est édité

par et au bénéfice de:

logo_aml_header.png

Le magazine Géocitoyen, conçu bénévolement, est une initiative 100% citoyenne et gratuite. Merci à tous nos bénévoles et nos partenaires pour leur appui et collaboration dans cette démarche.

© 2019 Média Géocitoyen - Avis juridique - ISSN 1929-8226

Les escaliers montréalais

Une simple balade dans la métropole vous permettra de remarquer une particularité incongrue : les escaliers montréalais sont installés à l’extérieur! La justification de ce phénomène demeure assez floue pour la plupart des Montréalais et bon nombre de théories existent.

 

Les rumeurs les plus folles prétendent que les escaliers ont été exposés afin d’éviter que les habitants des plex* tiennent des réunions syndicales clandestines dans la cage d’escalier, loin des yeux de leurs patrons. Une autre théorie, plus puritaine, stipule que les espaces communs dans les bâtiments favorisaient autrefois les rencontres entre les jeunes hommes et les jeunes femmes et qu’il fallait trouver un moyen d’empêcher ces rapprochements.

 

La vérité est en fait liée aux contextes historique et social. Montréal a connu un très fort développement économique et démographique vers la fin des années 1800. Il a donc fallu construire vite. Les parcelles étant préétablies par la Ville, de nombreux constructeurs ont décidé de les exploiter entièrement, jusqu’à la limite du trottoir, afin d’offrir plus d’espace aux familles souvent nombreuses. Vers 1920, afin d’embellir la ville, un retrait entre la façade des bâtiments et le trottoir a été imposé. Devant cette perte d’espace, certains constructeurs ont donc décidé d’installer les escaliers à l’extérieur dans le but d’économiser espace et chauffage.

 

Plus tard, la Ville a interdit la construction des escaliers extérieurs en raison du manque d’esthétisme. En effet, les espaces libres en façade variaient souvent et c’est pourquoi il existe une multitude de formes et de tailles d’escaliers. Cependant, en 1994, la Ville de Montréal a levé cette interdiction et il est devenu de nouveau possible de construire des escaliers en façade, au grand bonheur des Montréalais… et des rénovateurs!

 

Au-delà du simple style architectural, les escaliers extérieurs sont devenus l’un des plus grands symboles de Montréal et constituent également une fierté pour leurs propriétaires.

 

Le saviez-vous?

L’habitat traditionnel montréalais se nomme le plex. C’est un bâtiment multilogement allant de 2 à 6 unités. Le plus courant est le triplex (3 logements). L’architecture, les volumes et les formes varient selon les quartiers et les époques.

Please reload

À lire aussi

Please reload

Le magazine par section
Please reload